(1854-1891)

Arthur Rimbaud

 
Arthur Rimbaud est né le 20 octobre 1854, à Charleville-Mézières, dans les Ardennes. Son enfance est marquée par la présence autoritaire de sa mère, qui dut élever seule ses quatre enfants. Cette autorité n'exclura pas d'ailleurs une réelle affection. 

Rimbaud se montre à l'école un élève sage et brillant. Il compose tôt ses premiers poèmes, inspirés au début par l'école parnassienne. En classe de rhétorique il rencontre un jeune professeur, Izambard, qui l'aide à mieux découvrir à littérature française. Les poèmes composés pendant cette période d'adolescence s'affranchissent progressivement des conventions littéraires. 

En 1870 éclate la guerre entre la France et la Prusse.

En 1870 éclate la guerre entre la France et la Prusse. C'est l'époque des premières fugues vers Paris et la Belgique car Rimbaud étouffe dans l'univers dérisoire et mesquin de sa ville natale.

En 1871, Rimbaud compose la Lettre du Voyant , et son poème Le Bateau ivre . Ces textes sont essentiels pour comprendre la dimension radicalement nouvelle que Rimbaud veut donner à sa poésie. Séduit par Paris, fasciné par Verlaine qui l'y invite, Rimbaud coupe avec Charleville et se lance dans l'univers de la bohème littéraire de son époque. 

Madame Verlaine prend l'ombrage de l'amitié de son mari et de Rimbaud. Au début, Rimbaud accepte de s'éloigner, puis Verlaine finit par le suivre en Belgique. En septembre 1872, ils partent tous deux en Angleterre. Cette période correspond à un moment intense de création littéraire, Rimbaud écrivant alors ses poèmes des Illuminations quoique les dates exactes de composition n'aient pu être précisées. 

La relation de Verlaine et de Rimbaud est très souvent orageuse. La rupture se fait en 1873 quand, à l'occasion d'une dispute, Verlaine tire sur Rimbaud et le blesse légèrement. Rentré chez lui, Rimbaud compose sa dernière oeuvre, Une Saison en enfer , sorte de confession autobiographique qu'il publie à compte d'auteur. 

La deuxième partie de la vie de Rimbaud commence. Les voyages le mènent successivement en Italie, en Hollande, en Afrique, en Suède, au Danemark, à Chypre. Mais Rimbaud revient assez régulièrement passer la saison d'hiver à Charleville. 

La dernière partie de la vie de Rimbaud se passe en Abyssinie. Il renie complètement son passé ainsi que toute forme de littérature. Il s'y livre à des activités d'exploration et de commerce. 

En 1891, il est obligé de rentrer à Marseille parce que son genou droit est atteint du cancer. Il est amputé. Il fait un dernier séjour dans les Ardennes, retourne à Marseille et y meurt le 10 novembre 1891.


 

AU CABARET-VERT  : cinq heures du soir

Depuis huit jours j'avais déchiré mes bottines 
Aux cailloux des chemins. J'entrais à Charleroi. 
- Au Cabaret-Vert : je demandais des tartines 
Du beurre et du jambon qui fût à moitié froid. 

Bienheureux, j'allongeais les jambes sous la table 
Verte : je contemplais les sujets très naïfs 
De la tapisserie. - Et ce fut adorable, 
Quand la fille aux tétons énormes, aux yeux vifs, 

- Celle-là, ce n'est pas un baiser qui l'épeure ! - 
Rieuse, m'apporta des tartines de beurre, 
Du jambon tiède, dans un plat colorié,

Du jambon rose et blanc parfumé d'une gousse 
D'ail, - et m'emplit la chope immense, avec sa mousse 
Que dorait un rayon de soleil arriéré.



LE BATEAU IVRE

Comme je descendais des Fleuves impassibles, 
Je ne me sentais plus tiré par les haleurs : 
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles 
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs. 

J'étais insoucieux de tous les équipages, 
Porteur de blés flamands et de cotons anglais. 
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages 
Les Fleuves m'ont laissé descendre où je voulais. 

Dans les clapotements furieux des marées, 
Moi, l'autre hiver, plus sourd que les cerveaux d'enfants, 
Je courus ! Et les Péninsules démarrées 
N'ont pas subi tohu-bohu plus triomphants. 

La tempête a béni mes éveils maritimes. 
Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots 
Qu'on appelle rouleurs éternels de victimes, 
Dix nuits, sans regretter l'oeil niais des falots ! 

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème 
De la Mer, infusé d'astres, et lactescent, 
Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême 
Et ravie, un noyé pensif parfois descend ; 

Où, teignant tout à coup les bleuies, délires 
Et rythmes lents sous les rutilements du jour, 
Plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres, 
Fermentent les rousseurs amères de l'amour ! 

Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes 
Et les ressacs et les courants : Je sais le soir, 
L'aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes, 
Et j'ai vu quelques fois ce que l'homme a cru voir ! 

J'ai vu le soleil bas, taché d'horreurs mystiques, 
Illuminant de longs figements violets, 
Pareils à des acteurs de drames très-antiques 
Les flots roulant au loin leurs frissons de volets ! 

J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies, 
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs, 
La circulation des sèves inouïes 
Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs ! 

J'ai suivi, des mois pleins, pareilles aux vacheries 
Hystériques, la houle à l'assaut des récifs, 
Sans songer que les pieds lumineux des Maries 
Pussent forcer le mufle aux Océans poussifs ! 

J'ai heurté, savez-vous, d'incroyables Florides 
Mêlant aux fleurs des yeux des panthères à peaux 
D'hommes ! Des arcs-en-ciel tendus comme des brides 
Sous l'horizon des mers, à de glauques troupeaux ! 

J'ai vu fermenter les marais énormes, nasses 
Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan ! 
Des écroulement d'eau au milieu des bonaces, 
Et les lointains vers les gouffres cataractant ! 

Glaciers, soleils d'argent, flots nacreux, cieux de braises ! 
Échouages hideux au fond des golfes bruns 
Où les serpents géants dévorés de punaises 
Choient, des arbres tordus, avec de noirs parfums ! 

J'aurais voulu montrer aux enfants ces dorades 
Du flot bleu, ces poissons d'or, ces poissons chantants. 
- Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades 
Et d'ineffables vents m'ont ailé par instant. 

Parfois, martyr lassé des pôles et des zones, 
La mer dont le sanglot faisait mon roulis doux 
Montait vers moi ses fleurs d'ombres aux ventouses jaunes 
Et je restais, ainsi qu'une femme à genoux... 

Presque île, ballottant sur mes bords les querelles 
Et les fientes d'oiseaux clabotteurs aux yeux blonds. 
Et je voguais lorsqu'à travers mes liens frêles 
Des noyés descendaient dormir à reculons ! 

Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses, 
Jeté par l'ouragan dans l'éther sans oiseau, 
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses 
N'auraient pas repêché la carcasse ivre d'eau ; 

Libre, fumant, monté de brumes violettes, 
Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur 
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes, 
Des lichens de soleil et des morves d'azur ; 

Qui courais, taché de lunules électriques, 
Planche folle, escorté des hippocampes noirs, 
Quand les juillets faisaient couler à coups de trique 
Les cieux ultramarins aux ardents entonnoirs ; 

Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues 
Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais, 
Fileur éternel des immobilités bleues, 
Je regrette l'Europe aux anciens parapets ! 

J'ai vu des archipels sidéraux ! et des îles 
Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur : 
- Est-ce en ces nuits sans fond que tu dors et t'exiles, 
Million d'oiseaux d'or, ô future vigueur ? - 

Mais, vrai, j'ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes. 
Toute lune est atroce et tout soleil amer : 
L'âcre amour m'a gonflé de torpeurs enivrantes. 
Ô que ma quille éclate ! Ô que j'aille à la mer ! 

Si je désire une eau d'Europe, c'est la flache 
Noire et froide où vers le crépuscule embaumé 
Un enfant accroupi plein de tristesses, lâche 
Un bateau frêle comme un papillon de mai. 

Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames, 
Enlever leurs sillages aux porteurs de cotons, 
Ni traverser l'orgueil des drapeaux et des flammes, 
Ni nager sous les yeux horribles des pontons



MARINE


Les chars d'argent et de cuivre-- 
Les proues d'acier et d'argent-- 
Battent l'écume,-- 
Soulèvent les souches des ronces-- 
Les courants de la lande, 
Et les ornières immenses du reflux, 
Filent circulairement vers l'est, 
Vers les piliers de la forêt,-- 
Vers les fûts de la jetée, 
Dont l'angle est heurté par des 
tourbillons de lumière



RÊVE POUR L'HIVER

L'hiver, nous irons dans un petit wagon rose 
Avec des coussins bleus. 
Nous serons bien. Un nid de baisers fous repose 
Dans chaque coin moelleux. 

Tu fermeras l'oeil, pour ne point voir, par la glace, 
Grimacer les ombres des soirs, 
Ces monstruosités hargneuses, populace 
De démons noirs et de loups noirs. 

Puis tu te sentiras la joue égratignée... 
Un petit baiser, comme une folle araignée, 
Te courra par le cou... 

Et tu me diras: "Cherche!" en inclinant la tête, 
Et nous prendrons du temps à trouver cette bête 
Qui voyage beaucoup... 



MA BOHÊME

Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées; 
Mon paletot soudain devenait idéal; 
J'allais sous le ciel, Muse, et j'étais ton féal; 
Oh! là là ! que d'amours splendides j'ai rêvées ! 

Mon unique culotte avait un large trou. 
Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course 
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse. 
Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou 

Et je les écoutais, assis au bord des routes, 
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes 
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur;



Où, rimant au milieu des ombres fantastiques, 
Comme des lyres, je tirais les élastiques 
De mes souliers blessés, un pied contre mon coeur!



LE MAL

Tandis que les crachats rouges de la mitraille 
Sifflent tout le jour, par l'infini du ciel bleu ; 
Qu'écarlates ou verts, près du Roi qui les raille, 
Croulent les bataillons en masse dans le feu ; 

Tandis qu'une folie épouvantable, broie 
Et fait de cent milliers d'hommes un tas fumant ; 
--Pauvres morts ! dans l' été, dans l'herbe, dans ta joie, 
Nature ! ô toi qui fis ces hommes saintement ! ... -- 

-- Il est un Dieu, qui rit aux nappes damassées 
Des autels, à l'encens, aux grands calices d'or ; 
Qui dans le bercement des hosanna s'endort, 

Et se réveille, quand des mères, ramassées 
Dans l'angoisse, et pleurant sous leur vieux bonnet noir, 
Lui donnent un gros sou lié dans leur mouchoir !



SENSATION

Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers, 
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue : 
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds. 
Je laisserai le vent baigner ma tête nue. 

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien, 
Mais l'amour infini me montera dans l'âme ; 
Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien, 
Par la Nature, heureux- comme avec une femme. 



À LA MUSIQUE

Place de la Gare, à Charleville. 


Sur la place taillée en mesquines pelouses,
Square où tout est correct, les arbres et les fleurs,
Tous les bourgeois poussifs qu'étranglent les chaleurs,
Portent, les jeudis soirs, leurs bêtises jalouses. 

- L'orchestre militaire, au milieu du jardin,
Balance ses schakos dans la valse des fifres :
- Autour, aux premiers rangs, parade le gandin;
Le notaire pend à ses breloques à chiffres: 

Des rentiers à lorgnons soulignent tous les couacs :
Les gros bureaux bouffis traînent leurs grosses dames
Auprès desquelles vont, officieux cornacs,
Celles dont les volants ont des airs de réclames; 

Sur les bancs verts, des clubs d'épiciers retraités
Qui tisonnent le sable avec leur canne à pomme,
Fort sérieusement discutent les traités,
Puis prisent en argent, et reprennent : "En somme !..." 

Epatant sur son banc les rondeurs de ses reins,
Un bourgeois à boutons clairs, bedaine flamande,
savoure son onnaing d'où le tabac par brins
Déborde - vous savez, c'est de la contrebande; - 

Le long des gazons verts ricanent les voyous;
Et, rendus amoureux par le chant des trombones,
Très naïfs, et fumant des roses, les pioupious
Caressent les bébés pour enjôler les bonnes... 

- Moi, je suis débraillé comme un étudiant
Sous les marronniers verts les alertes fillettes :
Elles le savent bien, et tournent en riant,
Vers moi, leurs yeux tout pleins de choses indiscrètes. 

Je ne dis pas un mot : je regarde toujours
La chair de leurs cous blancs brodés de mèches folles :
Je suis, sous le corsage et les frêles atours,
Le dos divin après la courbe des épaules. 

J'ai bientôt déniché la bottine, le bas...
- Je reconstruis les corps, brûlé de belles fièvres.
Elles me trouvent drôle et se parlent tout bas...
- Et mes désirs brutaux s'accroche



LES EFFARÉS

À Monsieur Jean Aicard. 

Noirs dans la neige et dans la brume,
Au grand soupirail qui s'allume,
Leurs culs en rond 

À genoux, cinq petits,-misère ! 
-Regardent le Boulanger faire
Le lourd pain blond... 

Ils voient le fort bras blanc qui tourne
La pâte grise, et qui l'enfourne
Dans un trou clair: 

Ils écoutent le bon pain cuire.
Le boulanger au gras sourire
Chante un vieil air. 

Ils sont blottis, pas un ne bouge
Au souffle du soupirail rouge
Chaud comme un sein. 

Quand, pour quelque médianoche,
Plein de dorures de brioche
On sort le pain, 

Quand, sous les poutres enfumées
Chantent les croûtes parfumées
Et les grillons, 

Que ce trou chaud souffle la vie;
Ils ont leur âme si ravie
Sous leurs haillons, 

Ils se ressentent si bien vivre,
Les pauvres petits pleins de givre,
-Qu'ils sont là, tous, 

Collant leurs petits museaux roses
Au treillage, et disant des choses,
Entre les trous, 

Des chuchotements de prière;
Repliés vers cette lumière
De ciel rouvert 

-Si fort, qu'ils crèvent leur culotte
-Et que leur lange blanc tremblotte
Au vent d'hiver...




LE DORMEUR DU VAL

C'est un trou de verdure, où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent; où le soleil, de la montagne fière,
Luit: c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert ou la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme:
Nature, berce-le chaudement: il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine.
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

 


ILLUMINATIONS de RIMBAUD

Retour à l'accueil de La Poésie que j'aime ...