photographie de Jacques Therriault
un coucher de soleil au pied du Cap-à-L'Orignal.
photographie de Jacques Therriault


Le coffre-fort du Cap à l'orignal

La légende suivante se rattache au monde étrange de la sorcellerie et de ses mystérieuses formules magiques en vue de découvrir des trésors cachés.

Pour y parvenir, il ne fallait pas être très religieux, il fallait connaître le livre " le Petit-Albert " et tenir la légendaire chandelle de suif ... Et malgré toutes ces conditions, le succès n'était pas assuré. Une nuit, cependant, l'un des chercheurs du Bic y est presque parvenu.

Après avoir dit les formules magiques proposées dans " le Petit-Albert ", un bruit effrayant se fit entendre. La terre se mit à trembler pendant que les sapins du bord de la mer titubaient comme des personnes ivres et que les pierres de la plage dansaient de manière déchaînée. De la terre entr'ouverte sortit un énorme coffre-fort qui avait sur son couvercle un gros anneau de fer. C'était la fortune qui arrivait et qui permettrait de s'offrir toutes les gâteries souhaitées. Il ne fallait pas la laisser s'échapper.

Fou de joie, le héros couru à ses outils pour prendre l'indispensable barre de fer qu'il mettrait dans l'anneau du coffre pour l'empêcher de replonger dans le sol... mais, ô malheur ! à son retour, il n'y avait plus rien ! La fortune avait disparu sans laisser de trace et pourtant, aucun bateau pirate n'était dans le coin !

  Légendes du Parc du Bic

  L' Islet aux flacons     L’ Île au Massacre    Anse à Mouille-Cul     Baie des Ha ! Ha !  

 Le criminel de l'Île du Bic   La sirène de l' Île à D'Amours    Île Bicquette  

_______________________________________________________________________ 

retour à l'accueil de La Poésie que j'aime ...