Île Bicquette ,  photographie de Jacques Therriault


Île Bicquette

Cette île fut toujours redoutée par les navigateurs car de nombreux naufrages s'y produisirent. C'est la raison pour laquelle on décida d'y installer un phare.

En 1859, la chaloupe des deux premiers gardiens du phare se brisa sur les glaces. Les deux hommes se noyèrent. Un autre homme, Fortier, fut engagé et il devait passer l'hiver sur l'île. 

L'idée ne lui plaisait pas beaucoup surtout avec ce qu'il venait de se passer. Il emmena son petit chien avec lui pour lui tenir compagnie. Rien d'anormal ne se produisit au cours des premières semaines mais Fortier était quand même très nerveux.

Une nuit, il entendit clairement, et à plusieurs reprises, des bruits de chaînes auxquels se mêlaient des plaintes au dernier étage de la tour et dans les escaliers. 

Le pauvre Fortier essaya de se convaincre que c'était son imagination qui lui jouait des tours mais le tapage continua jusqu'au matin. Épuisé, il pensa quitté l'île mais la glace était trop mince pour le porter, c'était donc trop dangereux. Il décida de rester au phare. 

Le soir venu, à peine couché sur son lit, Fortier entendit à nouveau les bruits étranges. Assuré qu'il deviendrait fou, il quitta immédiatement l'île. La traversée était loin d'être sûre mais rien ne pouvait le retenir. 

Il raconta lui-même que plus d'une fois, la glace se brisa sous ses pas et que, complètement perdu, il se laissa guider par son petit chien. Il arriva enfin à Saint-Fabien où on le recueillit à demi-mort de fatigue et de peur.

Fortier ne voulut plus jamais retourner sur l'île Bicquette et depuis cet événement, il n'y eut plus de gardien de phare sur l'île l'hiver.

Légendes du Parc du Bic

  L'Îslet aux flacons |  L’Île au Massacre  |  Anse à Mouille-Cul  |  Le coffre-fort du Cap à l'Orignal 

  Le criminel de l'Île du Bic  |  La sirène de l' Île à D'Amours  |  Baie des HA ! HA !

 


Retour à l'accueil de La Poésie que j'aime ...