;

 

                                   Félix Leclerc

Le mensonge est une brume,
une paire de lunettes fumées,
un voile, une couche,
notre couche d'ozone protectrice,
nécessaire, utile, indispensable,
qui filtre le rayon qui tue !
Le feu crépite avant de mourir.
Les feuilles se colorent avant de tomber.
Le jour se recueille avant de finir.
Le soir, le vent s'apaise.
Les oiseaux se taisent.
C'est demain . . .
Des larmes de rosée perlent sur les pétales.
Le papillon bat de l'aile.
La nature se fait belle.

* * *

Ce sera une grande surprise de voir qu'au ciel 
Il y aura 
des divorcés 
des protestants 
des avortés 
des défroqués 
des pédés 
des accotés 
des prostitués 
des athées 
et quelques assassins.

Mais plus grande encore (la surprise)
de trouver en enfer 
des contemplatifs 
des dames de Sainte-Anne 
des théologiens 
des dévots 
des Lacordaires
des lampadaires 
des termites 
des ermites 
et plusieurs saints.

* * *

Voilà les hommes sérieux aux habits bien coupés. 
Venus des quatre coins du monde
dans leur avion personnel,
ils sont en conférence depuis six jours.
Malgré les frictions du début,
ils ont fini par s'entendre, 
grâce à des interprètes. 
Maintenant, ils se séparent, contents.
D'accord pour lancer leur invention
sur l'univers dans trente jours :
un nouveau bouchon
pour les tubes de pâte à dents.

* * *

La maison pleine d'enfants,
où l'on entend le tic-tac de l'horloge que la nuit !

* * *

Un esprit étroit, c'est un cerveau sans fenêtres.

* * *

"Je jappe parce que j'ai peur."
(Un chien)

"Je gueule parce que j'ai peur."
(Un homme normal)

* * *

Parce que sa présence effraie le troupeau,
l'oie blessée sera achevée à coups de bec
par ses sœurs avant le départ pour la migration.
Comme le chien tuera un chien blessé
parce qu'il a peur.
Et dans le poulailler,
une poule malade sera vite achevée par les autres poules,
parce qu'elle fait peur.
Ainsi, l'homme qui voit tomber son semblable
sur le trottoir

Fait un effort suprême pour lui porter secours,
quand sa première réaction normale est de fuir.

* * *

Neuf heures le matin :
la tête à moitié sortie de son drap bleu,
la lune regarde la terre à la cachette
et admet humblement
que son éclairage de nuit est blafard
devant cette abondance d'or et de chaleur.

* * *

Le pauvre a tort
avec de bons arguments.
Le riche a raison sans argument du tout.

* * *

Comme on est bien dans son lit
quand on n'est pas bien !

* * *

Ce sont de petits lacs familiers et purs,
privés et cachés non loin de la demeure.
Au Québec, il y en a des milliers.
L'eau y est courante, filtrée et limpide.
L'homme ordinaire peut avoir le sien.
Cela s'appelle une piscine,
en service quelques jours par année.


* * *

Comment s'appelle l'ami qui réapparaît
quand vos malheurs sont terminés ?

* * *

Les volcans en éruption,
les tremblements de terre, 
les inondations, les cyclones,
les déchaînements de la nature,
c'est la terre qui essaie de nous faire savoir
qu'elle a peur de tout ce qu'on lui fait subir.

* * *

Il m'est plus précieux
que la prunelle de mes yeux",
dit l'aveugle de son chien.

* * *

Bien difficile de parler de Dieu
à celui qui a un fils qui pourrit en prison.

* * *

La réussite part souvent d'un trou noir.
Exemple: tanné de s'enfarger dans le noir,
Edison inventa la lampe de poche.

* * *

Font aujourd'hui partie
des nouveaux droits de l'homme :
Pollution, torture, drogue,
prostitution d'enfants,
bombes nucléaires,
enlèvement, terrorisme .

* * *

Il en coûte mille dollars au citadin
pour tuer une perdrix dans le bois,
à la boucherie du coin.
Entre une aventure en forêt
et une course à l'épicerie,
la différence est grande !

* * *

Le chameau ressemble au désert avec ses dunes,
son élasticité, 
sa bosse d'eau, 
son mouvant.

* * *

L'éviter, la fuir, l'emprisonner, la détruire,
ne jamais la souhaiter à aucun peuple,
ni à aucune personne,
mais admettre aussi 
que tout ce qu'il y a de grand dans le monde
est sorti d'elle.
(La souffrance)

* * *

Ciment, béton, machines de fer, 
routes suspendues, montagnes coupées,
lacs déplacés,
ponts dans le ciel. 
Dynamite, moteurs, foreuses, turbines, électrons. 
Sur le feu infernal cuisent des chefs-d'œuvre
dans d'énormes marmites 
que le technicien coule sur le dos des pays.
Son crayon : un bulldozer ; 
son papier : le continent ; 
sa gomme à effacer : la bombe. 
Et crachent les cheminées, et naissent des villes. 
On n'arrête pas le progrès, mais à
quel prix ?

* * *

Qui va à la guerre ?

Pas ceux qui la préparent
ni ceux qui la déclarent
ni ceux qui la financent
rarement ceux qui la dirigent
jamais ceux qui en profitent
ni ceux qui la nourrissent
ni ceux qui l'habillent
ni ceux qui arment les soldats
ni ceux qui les décorent
mais tous, excepté les morts, diront : 
"J'y étais ! "

* * *

Et c'est grand...
Meilleur texte : le vent
Meilleur éclairage : le soleil
Meilleure musique : la mer
Meilleur auditoire : les étoiles
Meilleur parfum : les fleurs
Meilleur tranquillisant : la forêt

* * *

Toute circulation aérienne interdite ce matin
à cause de la brume . . .
j'ai vu passer un moineau.

* * *

Si tu veux voir clair,
écoute ceux qui ne t'aiment pas.
S'entourer de flatteurs, 
c'est s'entourer de brume.

* * *

Le bon côté de la médaille

Je saute d'un continent à l'autre,
j'habite dans l'espace,
je marche sur la lune,
j'invente l'ordinateur,
je réchauffe des continents,
je congèle ma nourriture,
un robot fait mes labours,
je recule la maladie, la vieillesse et la mort,
je . . .


Et l'autr'côté :
Bombes nucléaires,
analphabétisme,
tortures,
génocides,
y a jamais eu tant de pauvres,
tant de fous,
tant de faibles,
tant de débiles !
Cache ta médaille . . .

* * *

Pas de changements sans cassure.

* * *

Sur un même territoire, 
les singes vivent en communautés séparées 
et ne se mélangent pas, 
chaque espèce ayant son gouvernement. 
Ce procédé fonctionne depuis toujours 
parce qu'il n'y a pas de gouvernement centralisateur 
au-dessus d'eux.
Oui, ce sont des singes, 
mais pourquoi seraient-ils plus avancés que nous ?

* * *

N'accepte pas la pluie comme un malheur,
mais comme un bienfait comparable
à la serviette d'eau qui lave le corps,
au verre d'eau qui abreuve la gorge sèche. 
D'accord, mais je n'ai pas besoin de me laver
et de boire à longueur de journée,
en particulier les fins de semaine !

* * *

Hommes au travail

Pour boucher un trou de trois pieds
sur l'autoroute il faut :
- Cinq hommes vêtus de blanc
- Deux vêtus de rouge
- Un avec chapeau vert
- Deux affiches "hommes au travail"
- Deux camions, dont un d'outils
- Un contremaître à veste jaune
- Deux brigadiers robots électriques
- Deux brasseurs de goudron
- Trois barouetteux
- Deux heures pour dîner
- Deux fois un quart d'heure pour le "break"
- Arrêt des travaux à cinq heures
- Un inspecteur
- Un rapporteur
- Un vérificateur au bureau
- On enchaîne le lendemain à neuf heures
- Durée : deux jours s'il n'y a pas de pluie
- Samedi : temps double
- Lundi : un signeur de chèques
- Total : vingt et un travaillants

Le même trou dans un petit chemin de campagne:
- Un homme
- Une chaudiérée de ciment
- Vingt minutes
- Fini.

* * *

Un petit homme maigre, sans appétit,
affligé de grimaces et de bégaiements,
se présente pour la quatrième fois 
chez le meilleur psychiatre de la ville, 
qui ne lui trouve rien.
- Je suis riche en plus docteur
et je pleure tout le temps !
- Bon. Allez donc voir le clown au grand théâtre,
qui cause la baraque depuis deux semaines,
je l'ai vu, peut-être que lui . . .
- C'est moi docteur !

* * *

Il y a plus d'avions qui tombent que d'oiseaux
parce que l'oiseau quitte rarement son chemin
et que sa jauge à essence n'existe pas.

* * *

Même si l'habit de ton père te va comme un gant,
brûle-le.
Commence ta vie dans du neuf,
comme il a fait.

* * *

Les pépères

À l'arrivée de l'automobile, le bisaïeul disait :
" Je suis un homme de cheval, moi ! "
À l'arrivée de l'avion, pépère disait :
" Je suis un homme de rail, moi ! "
À l'arrivé de l'ordinateur, le jeune pépère dit :
" Je suis un homme de crayon, moi " 
À l'arrivée d'une famille d'ovni en soucoupe-maison 

de quatre étages avec bain tourbillon,
toi, pépère pas né, diras-tu :
" Je suis un homme de satellite à capsule, moi ? "

* * *

Recette pour se faire croire qu'on est fort:
s'entourer de faibles.

* * *

On ne saura jamais si cette maison est bonne.
Elle est pelotonnée au milieu de la ville,
protégée par des milliers d'autres,
ignorant même ce qu'est le vent.


* * *

Temps froid:

on dirait que même le feu dans le poêle est gelé.

* * *

Il fait soleil, mets-moi ma robe qui rit.
(Geneviève, 5 ans)

* * *

On n'a pas de tableaux dans le salon,
mais on a la fenêtre.

(Un habitant)

* * *

On dit : " La source chante ", est-ce si sûr ?
De voir couler toute sa belle eau,
moi je dis qu'elle pleure.

* * *

Qu'importe à la poule si, de ses œufs,
le maître de la maison en fait des œufs à la coque,
brouillés, en omelette, qu'il les divise, les gèle,
les réduise en poudre, les casse ou les échappe.
L'affaire de la poule est de pondre des œufs.

Il y a les créateurs,
il y a ceux qui s'en nourrissent.

* * *

Il traîne à l'arrière, 
parfois il marche
un petit moment à nos côtés.
(Le bonheur)

* * *

Cinq fils électriques en face de sa maison
et les hirondelles dessus,
comme des notes sur une portée de musique.
Elles écrivent de jolies chansons, au printemps
c'est plein de thèmes à symphonies qui bougent.

* * *

Le chrétien :

De sa fenêtre,
il l'a bien vu tomber de son échelle
et crier au secours en se roulant de douleur ;
il y serait bien allé,
mais il n'était pas de sa religion et,
comble de malchance . . .
pas de sa couleur.

* * *

Où il y a du sucre, il y a des mouches.
Où il y a de l'or, il y a des mains.

* * *

Plus le singe est laid, plus il est réussi.

* * *

Je suis allé m'asseoir où tu t'es assise ce matin
et j'ai entendu ce que tu avais pensé !

* * *

L'homme fort cache ses muscles.
C'est le coq qu'on entend crier,
jamais le bœuf.

* * *

Trop et pas assez sont deux excès.
C'est pourquoi l'abondance
et la famine sont deux fléaux.

* * *

Chaque pomme est une fleur
qui a connu l'amour.

* * *

Le tango a dû être inventé par un indécis.

* * *

La foule se bousculait pour voir
le pigeon blessé sur le trottoir.
Parmi eux, un amputé des deux jambes 
toi qui as essayé de percer les murs sans réussir.
Ton fils les percera.
Tu ne manques pas de talent, mais d'outils.

* * *

Il crie qu'il est libre.
On l'est tous, à peu près comme le cerf-volant. . .

* * *

Avant de juger l'indien, chausse ses mocassins.

* * *

Quand il ne comprend pas, il s'en va.
Vous le verrez marcher tout surpris
de connaître si peu de choses.

* * *

Être heureux,
c'est-à-dire,
avoir la tête qui ne pense pas.

* * *

La Vie

On se lève, on part au pas, puis au trot,
puis au galop, puis au trot , puis au pas,
puis on se recouche.

* * *

Chaque cellule du cerveau 
est un petit tiroir vide
à la naissance.
À la mort,
quelques tiroirs sont pleins,
beaucoup sont coincés, d'autres enflés,
mais la plupart sont toujours vides.

* * *

Il n'y a pas de sujet idiot.
Il y a de mauvais conteurs.
J'ai entendu une conférence sur le cigare,
j'aurais voulu en être un.

* * *

Parlant de cheval,
je me demande ce qu'il pense
de son cousin de fer le tracteur.

* * *

Avec le reste de son premier coucher de soleil,
le créateur a fait le flamant rose ;
l'aigle, avec un reste de tempête
et la colombe avec un peu de paix
qu'il avait ébauchée.

* * *

Du crédit, on s'en coiffe.
Du discrédit, on en coiffe un autre.

* * *

Faire peur
est une vocation
qui marche bien
jusqu'au jour
où quelqu'un se dresse devant vous

* * *

Toute la population assistera cet après-midi
au lancement de la fusée vers la lune,

c'est extraordinaire.
Dos tourné à cette minute unique dans l'histoire
j'irai, avec ma petite fille,
voir une chose aussi formidable :
au bout du champ, si le blé est sorti.

* * *

Si tu veux que ton secret soit bien gardé,
garde-le pour toi.

* * *

Voilà les hommes sérieux aux habits bien coupés.
Venus des quatre coins du monde
dans leur avion personnel,
ils sont en conférence depuis six jours.
Malgré les frictions du début,
ils ont fini par s'entendre, grâce à des interprètes. 
Maintenant, ils se séparent, contents.
D'accord pour lancer leur invention
sur l'univers dans trente jours :
un nouveau bouchon
pour les tubes de pâte à dents.

* * *

La parenté des mots

Journaliste : passe-partout
Politicien : siphon
Ami : lampe
Confesseur : fourre-tout
Enquêteur : sonde
Entêtée : mur
Mère : coussin
Sage: garde-fou

* * *

Coup de poing sur la table,
roulements d'yeux, tapages de pieds, blasphèmes, 
sont les arguments de ceux qui n'en ont pas.

* * *

- Bonjour mon trésor, tu as bien dormi ?
- Oui, merci, répond le mari.
- Je parle au chat, dit madame . . .

* * *

Quand il tombe, l'arbre fait deux trous.
Celui dans le ciel est le plus grand.

* * *

Avec sa tête pleine d'abeilles,
elle a quand même bien dormi.
(La ruche)

* * *

L'homme a sa récompense chez la bête:

- Il y a les hommes-écureuils 
qui portent dans le fond d'un petit casier
à la banque tous les sous qu'ils ramassent.
- Il y a les hommes-chevaux 
qui tirent des poids sans presque retirer de salaire.
- Il y a les hommes-chiens, les soumis, les fidèles
qui baisent la main qui les frappent.
- Il y a les hommes-oiseaux,

* * *

Le "vous " est respectueux ;
c'est aussi un excellent fossé
pour tenir les gens à distance.

* * *
Les hirondelles dessinent des arbres
dans l'air et se posent
un petit moment sur les branches imaginaires.

* * *

Comme un cierge qui brûlerait
la tête en bas,
la goutte d'eau s'échappe du glaç
on.

* * *

Huit mois pour faire une pomme . . .
Huit secondes pour la manger.


_______________________________________

Retour à FÉLIX LECLERC

Retour à l'accueil de LA POÉSIE QUE J'AIME ...