J'aime,
Cette sensation, après de longues années,
de s'être quitté la veille.

L'intensité de ce bref échange,
Cette compréhension immédiate,
La profondeur de ce regard complice,

Cet instant délicieux où ni l'un ni l'autre
ne savent ce qui leur arrive,

La douceur oubliée de cette main caressante

Ce regard complice du lendemain,
Cet accord tacite,
sur l'importance de ce qui s'est passé,

Sur le fait que dans le fond, rien n'a changé...

 

Saule silencieux
    cette fois encore, la foudre
a choisi l'autre

 

 
Ce gros champignon
    un ver son premier hôte
à quoi bon les déranger

 

Lendemain d'orage
    sur la montagne, nous mangeons
des saucisses crues

 

 

 

  La fumée du feu
     se déplace avec celui,
qu'elle dérangeait.


 

Chacun dans sa vallée,
    ils regardent tout deux,
le même sommet

 

 

 

  Fin du sentier
     sur la pente, un peu plus loin
l'énorme champignon

 

Gardant la vedette
    les nuages, majestueux
cachent l'éclipse

 

 
  En forêt, comme moi
     les papillons de la ville
se sont réfugiés.

 

_________________________________________________________________

Le site d'Albert Louis

image: Marie-Lydie Joffre

Retour à l'accueil de La Poésie que j'aime ...